Cet article est une retranscription d’une newsletter envoyée aux personnes inscrites à la mailing list Sketchnotes : Facile ! Si vous souhaitez recevoir, vous aussi, des trucs, astuces et bons conseils pour améliorer votre pratique de la Pensée Visuelle : CLIQUEZ ICI.

Ces derniers jours, j’ai partagé avec toi quelques conseils pour sketchnoter plus facilement :

Comment filtrer plus facilement les informations à faire apparaître

Comment dessiner des icônes et illustrations impactantes

Comment disposer correctement les éléments sur la page

« Tout ça, c’est chouette, et fort utile, Béa…
Je me débrouille en sketchnotes quand je les fais au calme et que j’ai tout mon temps !
Quand il s’agit de sketchnoter en direct, je perds mes moyens ! Il y a trop à gérer ! »

Et oui, quand on sketchnote en direct il faut tout faire en même temps : filtrer les infos,
dessiner,
écrire,
trouver la bonne disposition,
écouter,
se planter,
enrager parce qu’on aurait pas du mettre ça là…
se dire que finalement cette phrase on aurait mieux fait de l’écrire en plus petit…
et se rendre compte que ce titre aurait pu être mieux centré…
etc.

Tu vois ce que je veux dire ?!!

Evidemment, car on l’a tous vécu !

Le problème vient d’où ?
Principalement du fait que tu mets la barre trop haut, !

Car je suis prête à parier que tu sketchnotes direct au feutre, je me trompe ?

Qui a dit qu’un sketchnoteur devait forcément travailler directement au feutre ?

Personne…

Alors pourquoi le fais-tu ? 

Ok, Mike Rohde sketchnote directement au feutre mais comme me l’a dit Mauro Toselli à Lisbonne : « Il y a des sketchnoteurs qui ont ça dans le sang (il les appelle les « DNA », ADN en Français !) et il y a les autres…! »

Mike Rohde sketchnote comme il respire : je l’ai vu à l’oeuvre, je vous le confirme !

Mais depuis quand pratique-t-il ?!!
10 ans ! Peut-être même plus !

Pourquoi tu t’imposes cette pratique de sketchnoteur aguerri si tu es débutant ? 

C’est comme si tu cherchais à faire l’équilibriste sur un fil pour la première fois de ta vie à 10 mètres sans filet de sécurité !

Arrête cette pratique !
Elle n’a qu’une conséquence : la frustration.

La solution ?

Simple : passe par une phase de crayonné.

Utilise pour cela un crayon à papier que tu gommes ensuite.
Tu peux aussi utiliser un de ces crayons bicolores rouge et bleu qui permet de chercher son trait avant d’arrêter la forme parfaite.

Passer par une phase de crayonné a plusieurs avantages :

  •   Tu peux noter des repères (grilles ou une disposition type dont je parlais dans mon mail précédent)
  •   Tu ne comptes plus seulement sur ta mémoire tamponpour retenir les éléments à faire apparaître, tu peux les noter très rapidement,
  •   Tu peux changer d’avis sur l’emplacement d’un élément (visuel ou textuel)

Encre ta planche au moment des digressions de l’orateur et finalise-la dans les minutes qui suivent l’intervention. 

Et voilà !

Plusieurs membres de ma formation « Devenir Sketchnoteur » m’ont indiqué que ce conseil les avait « débloqués » dans leur pratique car elle constitue un « droit à l’erreur ».

Et crayonner implique que tu reviens plusieurs fois sur une information, lorsque tu l’encres et tu l’ancres dans ton cerveau en même temps.

Ce n’est pas magique, c’est scientifique !

Alors attrape ton crayon de papier et tente l’expérience !

A bientôt

Béatrice